Quatre regroupements politiques créent le Pacte pour un Congo retrouvé pour assurer une majorité parlementaire à Félix Tshisekedi
Membres de l'Union sacrée de la Nation, ces quatre regroupements politiques rassurent qu'ils ne sont pas en dissidence.

Quatre regroupements politiques créent le Pacte pour un Congo retrouvé pour assurer une majorité parlementaire à Félix Tshisekedi

Membres de l’Union sacrée de la Nation (USN) du président Félix Tshisekedi, ces alliés disent avoir créé une nouvelle alliance pour transformer les idées du chef de l’Etat en actions.

Réunis à l’hôtel Rotana à Kinshasa mardi 23 janvier, les ministres Vital Kamerhe, Julien Paluku et Jean-Lucien Bussa, ainsi que Tony Kanku ont annoncé la création d’une nouvelle alliance dénommée Pacte pour un Congo retrouvé (PCR). Ils ont un objectif commun : accompagner le deuxième mandat de Félix Tshisekedi en lui offrant une majorité « confortable » à l’Assemblée nationale. Même s’il revendique plus de 200 députés nationaux et provinciaux, le PCR reste ouvert à l’adhésion d’autres plateformes.

Ces quatre leaders des formations politiques, membres de la plateforme électorale Union sacrée pour la Nation (USN) du président Félix Tshisekedi créée en 2021, ont balayé du revers de la main l’idée du partage des postes ministériels au niveau national et en provinces. Jean-Lucien Bussa considère que la mise en place de cette alliance entre dans la vision du chef de l’Etat, réélu en décembre et investi le 20 janvier 2024. « On a besoin d’une élite stratège et gestionnaire pour concilier les intérêts de la population et l’action institutionnelle », explique-t-il.

M. Kamerhe, lui, a tenu à rassurer les autres membres de l’Union sacrée qui pourraient être frustrés par la création de cette alliance. « Le PCR est une coalition au sein de l’Union Sacrée et puisque nous sommes plus de 450 députés et des centaines de députés provinciaux, nous avons voulu créer la cohésion au sein de notre grande famille de l’Union sacrée pour transformer les idées du Chef de l’Etat en actions », a-t-il souligné. 

À lire aussi 👉🏾👉🏾 Félix Tshisekedi a entamé son « ultime » mandat en s’engageant à ne plus répéter les erreurs du passé

À lire aussi 👉🏾👉🏾 42 partis et regroupements politiques se partageront les sièges de l’Assemblée nationale

Dans l’ordre d’arrivée, le regroupement Action des alliés de l’Union pour la nation congolaise (A/A UNC) de Vital Kamerhe est la plus grande force de cette alliance avec 36 députés nationaux. Tony Kanku Shiku, avec son alliance des acteurs attachés au Peuple (AAAP), a gagné 21 sièges à l’Assemblée nationale. Même nombre de représentants à la Chambre basse du Parlement pour Alliance Bloc 50 (A/B50) de Julien Paluku. La Coalition des démocrates (CODE) de Jean-Lucien Busa a réussi à se faire une place malgré ses neuf députés.

D’après les résultats provisoires des législatives publiés le 14 janvier, le parti Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le parti de Félix Tshisekedi arrive en tête avec 69 sièges. Mais il devra négocier avec d’autres plateformes politiques alliées pour obtenir la majorité absolue, soit au moins 239 députés.